fausse accouchement

Comment surmonter une fausse couche ?

Les statistiques parlent de 200 000 cas de fausses couches par an, rien qu’en France. Cette épreuve, particulièrement difficile à surmonter, est vécue seule par de nombreuses femmes. Elles peuvent paraître entourées, mais dans leur for intérieur, une profonde détresse émotionnelle et une incroyable solitude règnent. Le retour à la vie normale peut leur sembler impossible. Voir dans cet article des conseils sur comment surmonter une fausse couche.

Parler de son désarroi

Après un événement aussi bouleversant qu’une grossesse extra-utérine, beaucoup de femmes se sentent prisonnières de la culpabilité et de la solitude. D’autres encore vivent tous les jours avec un sentiment d’échec, l’impression d’avoir laissé tomber leur bébé. Pour arriver à surmonter cette épreuve, il est important de laisser son chagrin s’exprimer. La phase de deuil ne pourra être passée qu’au moment la femme décidera de s’armer de courage pour en parler aux autres. D’ailleurs, il est primordial de ne pas transmettre cette peine aux futures grossesses sous peine que ces dernières passent pour des grossesses de consolation. Pour certaines femmes, il peut s’avérer efficace de commencer par en discuter avec son conjoint ou avec sa mère. Pour d’autres, affronter le regard des proches est beaucoup trop difficile. Dans ce cas, il est conseillé de se tourner vers un psychologue qui sera apte à écouter de manière compatissante et compréhensive. Pour prendre rendez-vous à Mouscron, cliquer ici.

Trouver un sens à cet événement

Que le processus soit enclenché naturellement ou alors pendant les séances de thérapie, la femme ayant fait une fausse couche passe forcément par la phase de questionnement. « Qu’ai-je fait de mal ? Pourquoi ai-je dû passer par là ? Comment expliquer un tel événement ? » Au cours des thérapies, le psychologue aidera la patiente à trouver les bonnes réponses à chaque question. Cependant, elle seule décidera du sens qu’elle donnera à sa fausse couche. Certaines femmes considèrent, par exemple, que l’enfant perdu est dans un monde meilleur. D’autres se consolent en se disant que de leur vie sur terre, elles pourront quand même s’adresser à lui et qu’après leur mort, elles finiront par le retrouver. D’autres femmes matérialisent leur deuil par un mémorial à la maison ou dans un lieu particulier. En outre, chaque parent devra trouver l’idée propre à leur couple qui leur permettrait de vivre avec.

Retrouver en confiance en soi

De ne jours, accepter ce que l’on ne peut pas maîtriser n’est pas chose facile. Se rendre compte que la vie du fœtus ne dépend pas de soi est très lourd à porter pour une femme qui prévoyait déjà la vie de son bébé sur les années à venir. D’ailleurs, plusieurs des projets de couple peuvent s’en retrouver repoussés. Après une fausse couche, il est alors assez fréquent que les femmes remettent en question leur faculté à donner la vie. Pourtant, la pensée selon laquelle la vie du bébé ne dépendait pas de sa mère implique également que cette dernière n’y est pour rien dans cet événement. Il faudrait également garder à l’esprit qu’une fois le deuil effectué, plusieurs femmes ont réussi à mener leur grossesse à terme. Les médecins parlent d’une durée de 3 mois. Par ailleurs, il est possible de recourir à un soutien physique et psychologique pendant la durée de la prochaine grossesse pour se rassurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut